Toi, sur la planète verte et bleue des Enfants

  • 0

Toi, sur la planète verte et bleue des Enfants

Category : Poésies

Pense un monde meilleur …

Ferme tes yeux, pense très fort avec ton cœur, élève-toi jusqu’au dessus de la planète verte et bleue. Perçois les larges espaces d’utopie qui se marient à ta respiration. Ton souffle est le compagnon de ta réalité de tous les instants. Emmène avec toi, dans la conscience de ton « entre-monde », des Enfants. Invite les plus pauvres, les plus démunis, les plus déshérités. Pense aux sourires qu’ils t’ont donnés, à ceux qu’ils te font, à ceux qu’ils pourront t’offrir ! Si tu ne les as pas reçus, fais donc comme s’ils te les avaient donnés. Tu verras, ça marche ! Et puis …..

Demeure le plus longtemps possible avec Eux, suspendu dans un havre de perception du monde. Vis ce moment comme une prière. Et sache bien que la prière est forte et belle lorsqu’elle chante aux alentours de ta compassion pour les Enfants de la terre, cette terre qui est un bout de toi-même. Cette terre que tu aimes.

 

 

 

 

Juste après ta prière, tu redescendras sur terre et tu signeras au fond de toi-même cette expérience. Tu la feras « tienne »,  tu seras un témoignage de l’énigme d’un bout de temps du monde. Tu pourras refaire cet aller et retour autant de fois que tu le voudras. Entre chacun de ces « aller et retour », dis tout haut que tu aimes les Enfants, comme toi-même ! Tu pourras dire ta « Thora », ton « Evangile », ton « Talmud », dire tes « Sutras », ta « Bagawa Githa », ta « Bible, ton Coran ! Tu pourras même dire ta Vie ! Mais avant toute chose, dis les « Enfants », dis les « Enfants de la terre » ! Dis-toi « toi-même » comme ton présent que tu es ! Dis que tu es là parmi Eux ! Dis ton amour pour les Enfants du monde !

Dis-toi que tu n’es qu’un « fœtus » vieilli par le temps. Dis-toi que le tourbillon du monde s’agite ici-bas sur une terre porteuse d’humanité. Dis-toi que cette humanité peut chaque jour te rappeler que des millions et des millions d’Enfants chantent et meurent sur la terre. Pense que tu es dans la respiration du monde. Tu es tout simplement là dans le monde ! Tu es simplement « important », tout près du verbe qui dit « je t’aime » au monde, à commencer par le « je t’aime » aux Enfants du monde !

Pense les Enfants du monde …

À tous les Enfants frais du jour que l’amour n’a pas le temps de voir, tous ces Enfants frais du jour que l’amour n’a pas le droit d’aimer ! Toutes ces saisons qui les voient émerger de ces matins de promesses éternelles, ritournelles, sentinelles, mortelles  ! Là où le bonheur s’offre des silences à faire dormir des vies entières. Toutes ces vies aux lentes barbaries qui n’ont d’égale misère que les vains souhaits de pauvres innocents. Les yeux du monde, lourds comme des enclumes, ne peuvent lever vers eux un regard de promesse. Les riches mains du monde, écorchées par des vies d’ignorance, ne peuvent se rappeler qu’elles ont peut-être un jour crié « misère » ! Comme si la terre emplie de déraison à l’encontre des Enfants de la souffrance avait perdu toute sa mémoire !

Et si la vie dénonçait cette immense injustice, cette odieuse déloyauté ? Si le bon grain se répandait sur un immensurable champ d’amour ? Si le bon pain se répandait sur la terre ? Si, de surcroît, le partage devenait le seul asile possible ? Et si c’était le monde des béatitudes ? Et si tu ne rêvais pas ?

Le désespoir et les tourments de millions et de millions d’Enfants du monde cesseraient d’ensanglanter la chaire vive de tes consciences sensibles. Ces lumières toujours prêtes à s’éteindre, qu’un petit rien pourrait rallumer, offriraient à ces bourgeons le droit de pousser. Ces bourgeons d’amour de l’arbre sur lequel tu regarderais au loin le temps du monde ! Ce temps du monde qui est le leur, qui est le tien !

Pense l’espoir une fois …

L’espérance est frondeuse dans la vie des Enfants du monde et nombreuses sont les libertés qui traversent leur tête en coup de foudre. Au bout de leur chemin à suivre tu les apercevras au loin. Tu verras que la soupe manque à leur casserole. Tu verras que l’aiguille du soleil égraine leurs « heures misère ». Leurs mains se détachent de leurs besoins. Ils ont brisé le moule de la nécessité. Leur front rivé vers l’horizon, ils guettent un nuage. Quelques gouttent viennent après l’orage emplir une bouteille vide marquée du sceau de leur félicité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pense et rêve encore une fois …

Tu rêveras les yeux grands ouverts. Tu rêveras que l’amour raisonnable te rend visite et s’attarde au fond de toi. Tu rêveras d’un sentiment de désespoir qui s’efface. Tu rêveras que ton amour pour les Enfants des bidonvilles devient une graine de sénevé que la Vie t’aura donné. Tu rêveras que cet amour devient un arbre, afin que les oiseaux du ciel viennent dans les bidonvilles construire leur nid. Et au travers de tes lucarnes voilées qui laissent apparaître des formes nobles et cruelles de la terre, tu chercheras à comprendre le regard des enfants déshérités, cet autel d’une rare beauté. Un matin, tu te lèveras avec l’amour endormi dans ta blanche inconscience. Tu sauras que c’est à toi de le réveiller, quelque soit le pied sur lequel tu te seras levé, quelque soit la couleur du ciel, la consistance de ton petit déjeuner, le lieu où tu iras travailler, l’endroit où tu vivras sur la terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si ces pensées te paraissent belles, si ces pensées pour les Enfants de la misère te semblent fraternelles et bonnes, alors prends-les à ton compte. Elles sont à toi ! Si de beaux gestes ou de belles actions te semblent admirables, alors fais-les tiennes car elles t’appartiennent. Le seul fait de les reconnaître te donneras la force de te les approprier, afin de les rendre plus nobles et les plus profitables pour les Enfants de la souffrance. Si tel est le cas, tu seras l’un des êtres les plus heureux du monde !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conte d’ECOLES DE LA TERRE colporté par Martial Salamolard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Leave a Reply

Galerie EDLT

musique05_59.jpg Fete Musique 2005
coolheure_28.jpg Soirée Coolheure
DSCN8746.JPG Paléo 2009
paquis04_28.jpg Marché au Paquis 2004
Picture 028.jpg Rajesh en Suisse 2006
Event02_59.jpg Soirée EDLT en 2002
Event03_28.jpg Soirée EDLT en 2003
event08_28.JPG Soirée EDLT en 2008
soiree09_17.JPG Soirée EDLT en 2009
onex03_8.jpg Soirée EDLT en 2007 à Onex

Calendrier

<< Mai 2018 >>
LMMJVSD
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

EDLT QRcode

QR code